Le pouvoir de la Violence…

Share Button

Le pouvoir de la ViolencePierre Louis Opont, lors de son point de presse du vendredi 22 janvier, a expliqué ceci : Face à la détérioration de l’environnement sécuritaire et les menaces qui pèsent sur le processus électoral, le CEP a décidé de sursoir aux opérations électorales devant mener au 24 janvier 2016, jour prévu pour la tenue du scrutin.
En vue de protéger la vie des électeurs, celle du personnel du CEP, les biens de l’institution, particulièrement les établissements scolaires mis à disposition du CEP. Le Conseil, en a ainsi décidé.

Ces déclarations surprenantes, cette capitulation d’un homme à la tête d’une institution qui a défié tout le monde 24 heures avant, ont fait réfléchir plus d’un: la violence peut-elle être positive, c’est-à-dire persuasive ? Parce que si nous lisons bien, et si nous avions bien entendu, cette phrase est pleine de sens et de non dits : face à la violence, face aux menaces, et en vue de protéger la vie des électeurs et celle du personnel du CEP. Faut-il comprendre par là que seule la violence pouvait faire bouger les choses ? Nous sommes à un carrefour dangereux, très dangereux, il est important pour les néophytes, les amateurs, les apprentis sorciers de bien faire attention ; nous jouons avec le feu et nous risquons de bruler des innocents.
Des étudiants qui manifestent pour de meilleures conditions desprofesseurs, et qui rencontrent une opposition féroce de la police, des jeunes chômeurs inquiets sans avenir, comment voulez-vous qu’ils réagissent ? Il y aura toujours des avocats du diable pour expliquer que “la violence n’est jamais acceptable”; mais quand c’est le dernier recours, comment doit-on la considérer ? Et Dieu seul dans ce monde d’injustice, comment la ‘’violence’’ est nécessaire.
Imaginez la violence des colons contre les esclaves et imaginez la violence des esclaves pour se libérer, pour reprendre leurs dignités ; une violence qui a accouché de l’une des plus héroïques des épopées : la guerre de l’indépendance Haïtienne.
Nous vivons dans un monde violent, nous vivons dans des sociétés violentes ; toutes nos valeurs, toutes nos libertés, toutes nos sécurités, c’est le fruit de la « violence  ». Le pouvoir de laviolence…

Share Button